Chloé Troadec spoke to Anne Cantener in in RFI.

Les conditions de vie dans le camp d’al-Hol, dans le nord-est de la Syrie, sont catastrophiques.
AFP

C’est une nouvelle étape dans la série de procédures judiciaires lancées par les familles de jihadistes français. Une dizaine d’entre elles ont porté plainte contre le ministre des Affaires étrangères. Plainte pour « omission de porter secours ». Ces familles réclament le retour des enfants français, dont les parents avaient rejoint les rangs du groupe État islamique en Syrie. Pour l’instant, le gouvernement français, lui, privilégie le cas par cas. On estime qu’ils sont plus de 210 dans les camps de réfugiés contrôlés par les Kurdes en Syrie. Les trois quarts de ces enfants ont moins de cinq ans. L’État français doit-il les rapatrier ?

C’est une nouvelle étape dans la série de procédures judiciaires lancées par les familles de jihadistes français. Une dizaine d’entre elles ont porté plainte contre le ministre des Affaires étrangères. Plainte pour « omission de porter secours ». Ces familles réclament le retour des enfants français, dont les parents avaient rejoint les rangs du groupe État islamique en Syrie. Pour l’instant, le gouvernement français, lui, privilégie le cas par cas. On estime qu’ils sont plus de 210 dans les camps de réfugiés contrôlés par les Kurdes en Syrie. Les trois quarts de ces enfants ont moins de cinq ans. L’État français doit-il les rapatrier ?

Avec :

  • Raphaële Parizot, professeur de droit pénal à l’Université Paris-Nanterre
  • Noé Pignède, journaliste ancien correspondant de RFI en Irak et Syrie
  • Chloé Troadec, chercheuse au Centre d’information du Rojava au nord-est de la Syrie.